Blogue, Inspiration, Processus de transformation, Réflexion

Ma seule limite, c’est moi! Comment dompter notre auto-saboteur!

Ça y est ! J’ai atteint les 140 livres perdues (140,5 pour être précise!) et ce, en 17 mois. Ma perte de poids stagnait un peu dernièrement. J’avais beau être sur la coche au plan entraînement et alimentation, rien à faire, ça ne bougeait pas. Ça m’est arrivé à quelques reprises dans mon processus. Et en travaillant sur mes pensées, sur mon pourquoi, j’ai pris conscience que j’étais ma seule limite. Ou enfin, pas moi, mais la partie auto-saboteur en moi.

L’auto-sabotage est un mécanisme de défense très fort. Il nous avertit qu’une partie de nous essaie de s’exprimer, de nous raconter ses peurs (succès, échec, inconnu, etc.) et va inconsciemment vouloir détruire nos chances de succès. Dans mon cas, la peur de l’inconnu était fort présente. Je n’avais aucune représentation mentale de ce que pourrait être ma vie à moins de 180 livres. J’ai dû peser ce poids environ 1 mois dans ma vie d’adulte et donc difficile pour moi d’accepter que cela pouvait être possible. Et je continue dans cette nouvelle représentation car je vais bientôt descendre sous la barre des 170.

Je soupçonne M. Auto-Sabotage d’entretenir des liens très étroits avec M. Obsessions Alimentaires. Combien de fois mes doutes, mes inquiétudes, mes incertitudes, mes moments d’angoisse, mon stress ont terminé dans le garde-manger? Et je peux vous garantir que ce n’est pas des légumes que j’y cherchais! Croustilles, chocolat, sucreries et tout autre aliment réconfort ont comblé momentanément un vide en moi. Vide remplacé par un épouvantable sentiment de culpabilité.

Ces vides, je les ai mangés trop longtemps. D’émotions non vécues en émotions non gérées, je me suis au fil du temps créé une belle muraille protectrice faite de gras. C’était ma façon à moi de cacher ma vulnérabilité, mon imperfection et aussi d’enfouir profondément le diamant qui cherchait  à briller mais qui avait trop peur du jugement des autres. Ça dérange d’être bon, d’être performant, de sortir du lot. Combien de fois avez-vous vu des premiers de classe se faire humilier à l’école? Le succès est toujours suspect.

016a169ba52680f8b933eb1775594492ae70469bb7014005eceef823f955b8e902fb7f7d1a88534dd18c La preuve, le pseudo scandale de mes tatouages sur Facebook. Paraît que ce n’est que du Photoshop ma perte de poids! (Tout ça pour une malheureuse photo prise devant un miroir et qui a pour effet d’inverser l’image!!) Partager son processus de perte de poids renferme un grande dose d’exposition de notre vulnérabilité et de nos craintes. S’exposer comme cela à toute la population nous met devant une réalité: une pression de performance. Et cette pression de performance, je tente de l’éliminer dans ma vie. Je choisis donc de montrer aux gens mes hauts et mes bas de ma perte de poids. J’apprends à lâcher prise et à accepter le fait que je suis parfaitement imparfaite. J’apprends à ne plus vouloir tout, tout de suite. J’apprends la patience, la persévérance, la routine, la constance. Je ne recherche plus les solutions miracles. J’accepte de faire le cheminement à mon rythme, une chose à régler à la fois. Je laisse émerger ce qui doit être observé. Je choisis si ce comportement, si cette pensée est aidante pour moi. Si c’est le cas, je conserve. Si non, je jette et je me construis de nouveaux schémas de pensées axés sur l’amour de moi, sur mes priorités, sur mes besoins, sur mes valeurs. J’ai cessé de vouloir aider tout le monde (ça faisait mon affaire avant, je n’avais plus de temps pour m’occuper du travail sur moi que je savais que je devais accomplir!)  En m’occupant moins des autres et plus de moi, je suis encore plus aidante! J’offre une meilleure version de moi, je propose une façon différente de voir la vie plus simple, plus en paix avec celle que je suis vraiment. Je sais que ça résonne chez plusieurs d’entre vous et les nombreux témoignages d’encouragement le prouvent.

Pourquoi vouloir montrer à tout le monde cette partie de mon intimité? Pourquoi vouloir assumer publiquement ce changement corporel? Pourquoi chercher cette notoriété publique? Plus j’y réfléchis, plus je réalise que je ne recherche pas tant l’approbation des autres. Du moins, plus maintenant. Au début, je vous avoue que de recevoir tous ces encouragements me motivaient à aller plus loin. Mais après une grosse vague d’amour, je revenais à la réalité et une baisse d’énergie se faisait sentir. Pourquoi continuer? Pourquoi persévérer? Pour moi. Pour être en santé. Pour me prouver que je suis capable de réussir un objectif plus grand que nature. Pour me réapproprier un corps qui va davantage me ressembler. Pour devenir la meilleure version de moi-même. De là l’importance de réfléchir à son POURQUOI. Le pourquoi qui nous pogne aux trippes, qui nous force à fuir cette immense douleur. Pour ma part, je n’ai qu’à me remémorer tous les désagréments de mon surpoids vécus au quotidien et ça me ramène sur le droit chemin. Je me recentre, me ramène à ma base. Simplifier sa vie, établir 3-4 priorités essentielles, agir en fonction d’atteindre ses priorités et éviter d’éteindre un paquet de feux (actions urgentes des autres qui nous éloignent de nos objectifs) qui nous donnent cette impression d’être si occupés qu’on n’a pas le temps de bien manger, de s’entraîner, de vivre.

Nous sommes responsable de notre succès comme de notre échec. Nous avons le choix à tous les instants. Est-ce que le plaisir éphémère de manger un dessert est plus important que l’objectif pour lequel nous travaillons si fort? Je ne pense pas. Certes, ce plaisir doit être présent à l’occasion. La vie doit être remplie de plaisirs. Mais lorsque le dessert cochon est une occasions spéciale, il est mille fois meilleur!

Pour en revenir à l’auto-sabotage, lorsque ça bloque, il importe de faire une pause et de nous demander qu’est-ce que je dois comprendre là, maintenant? Quelle est cette partie de moi qui essaie de me parler et qu’a-t-elle à me dire? Comment négocier avec elle pour atteindre mes objectifs?

Je vous invite à lire ces articles intéressants sur l’auto-sabotage:

http://fr.canoe.ca/artdevivre/styledevie/nouvelles/archives/2011/02/20110215-112320.html

http://pensees.positives.over-blog.com/article-l-autosabotage-42688228.html

Et vous? Avez-vous cette partie qui tente de saboter vos succès? Quelles sont vos stratégies pour aller de l’avant et atteindre vos objectifs?

6 Comments

  • Reply

    Muchelle

    juin 15, 2016

    Super ton article Melanie

    • Reply

      admin

      juin 15, 2016

      Merci xx

  • Reply

    Martine

    juin 15, 2016

    C est exactement ce que j ai vécu cette semaine ! Mes emotions me grugeaient la cervelle ce qui amene une espèce de colère permanente contre soi et qui m entraîne vers la nourriture. J ai fait comme tu le dis si bien, une pause pour remettre à jour mes objectifs. Le fait de te lire, de lire les commentaires du groupe, d avoir le support de notre coach est très efficace dans ces moments de réflexion.,
    Continue sur cette belle lancée Mélanie c est génial !

    • Reply

      admin

      juin 15, 2016

      Excellent! Les pauses nous permettent de repartir en force! 🙂

  • Reply

    Nathalie

    juin 15, 2016

    Merci de remettre le pendule à l’heure. C’est vrai que souvent, pas souvent presque tout le temps, on donne beaucoup de temps aux autres et on n’oublie de s’en garder un petit peu de ce temps si précieux…..Je dois recommencer à mettre cela en pratique…Merci et continue de nous inspirer!

    • Reply

      admin

      juin 15, 2016

      Fait plaisir

Laisser un commentaire

Enter Captcha Here : *

Reload Image