Blogue, Développement personnel, Épuration, Inspiration, Processus de transformation, Réflexion

Réflexions capillaires…

Depuis le début de ma vingtaine, donc la moité de ma vie, je me fais teindre les cheveux. Je suis passée du châtain clair ma couleur naturelle à différentes teintes de roux, fuchsia, bourgogne, rouge et j’arborais le platine depuis bientôt deux ans. Sauf les rares occasions où j’ai fait le défi tête rasée (3x) durant cette période, je n’ai pas vu la couleur naturelle de mes cheveux plus de 1 ou 2 cm. À chaque mois, j’avais un rendez-vous de fifille avec ma coiffeuse qui est devenue mon amie avec le temps.

Avec ma transformation santé, je suis passée du rouge flash au platine. Puis, pendant un bref épisode, j’ai réessayé le rouge flash. Incapable de vivre avec cette couleur. Après seulement quelques heures, je demandais à ma coiffeuse Annie de me ramener au platine.  Un sentiment fort désagréable du retour en arrière prenait toute la place, ce n’était plus moi, c’était l’ancienne Mélanie. J’avais envie de changement, j’avais envie de me réinventer. Pour cette raison, j’ai fait raser le rouge et suis rapidement revenue au blond. Toute une expérience!

J’ai beaucoup aimé le platine. Le look, la vibrance, le petit côté rayonnant. Mais plus j’évolue, plus j’aspire à plus de naturel. J’épure beaucoup dernièrement, vous l’avez lu dans mes billets de blogue. J’épure dans ma maison (j’ai dû sortir l’équivalent de matériel pour meubler et remplir les armoires de 2-3 appartements!). J’épure dans mon horaire, j’épure dans mes priorités, j’épure dans mes pensées. J’épure aussi dans les actions que je m’impose parce que ça toujours été comme cela. Je remets en question mes décisions, mes choix. Je les actualise avec celle que j’ai envie de devenir. Et c’est une Mélanie au naturel, fière d’elle, de ce qu’elle a accompli, qui n’a plus besoin de se cacher derrière des artifices pour faire oublier ses défauts. Attention, je ne dis pas que tout le monde pense la même chose, au contraire! Dans mon cas, j’ai pris conscience que le rouge flash et les tatouages permettaient de détourner l’attention vers autre chose que mon corps que je peinais à accepter. Et le platine c’était pareil. Ça flashait tout autant! Le temps que mon cerveau se synchronise avec mon corps, c’était parfait. Maintenant, je me perçois mieux comme je suis devenue. Je magasine de moins en moins dans des tailles plus grandes. L’ajustement s’est fait. Je laisse aller le passé, il ne m’appartient plus.

Mon défi des derniers temps est d’apprendre à me reconnecter avec ce que je suis, avec ma féminité, ma vulnérabilité, dans mon essence naturelle. Et donc, aujourd’hui, je suis allée me faire teindre pour une dernière fois (peut-être pas? Je me donne TOUJOURS le droit de changer d’avis plus tard! La vie est faite pour évoluer et changer d’avis!) et laisser place à ma couleur naturelle sans que la repousse ne soit trop apparente. En nous fiant à des photos du secondaire, nous avons essayé de retrouver ma couleur. Ce n’est que dans quelques mois lorsque tous mes cheveux naturels seront poussés que nous le saurons, avec sûrement, quelques fils argentés au-travers tout ça. C’est parfait ainsi. Je retournerai voir mon amie Annie, nos rencontres s’espaceront aux deux mois et seront plus courtes, je n’aurai qu’à faire rafraîchir la coupe. J’ai bien hâte de voir comment ça évoluera tout cela, je me sens déjà plus légère.

Et vous? Qu’aimeriez-vous simplifier dans votre vie?

 

 

Laisser un commentaire

Enter Captcha Here : *

Reload Image