Blogue, Inspiration, Motivation, Planification, Processus de transformation, Réflexion

Détour de parcours: comment reconnaître et réaffirmer ses besoins?

Mea Culpa… J’ai été moins présente dernièrement ici.

La vérité, c’est que je me sentais moins inspirée pour vous partager des tranches de vie positives, des idées pour faciliter votre vie, des moments inspirants pour votre cheminement. 

Je me suis égarée vers la fin du mois de juillet. Trop absorbée à accomplir l’improbable (devenir directrice Tupperware en un mois au lieu de 3), préparer mon voyage à Orlando, vivre le voyage à Orlando avec un paquet de filles qui n’ont pas (et ne comprennent pas toujours) mon mode de vie et où les tentations alimentaires se multiplient, surtout dans toute cette effervescence festive, puis le retour au travail avec plus de 30 boîtes de produits à emballer et à livrer en 2 jours et finalement le week-end de préparation et mariage de ma belle-soeur avec ses heures de repas tout sauf routiniers et avec des choix plus ou moins adaptés. 

J’ai essayé tant bien que mal de faire les meilleurs choix pour moi. J’en ai échappé plusieurs (quelques consommations d’alcool, de desserts, des poignées de chips, etc.) Et plus j’en mangeais, plus j’avais envie d’en manger… La preuve que les vieux patterns ne sont jamais très loin. Mais quand je m’arrête aux conséquences physiques et psychologiques: nausées, fatigue, léthargie, humeur maussade, sentiment de ne pas agir en cohérence avec mes valeurs, insatisfaction, frustration, baisse d’estime de moi, c’est assez pour me ressaisir et me recadrer.

Qu’est-ce que je désire vraiment au-delà d’un chiffre sur la balance? Parce que oui, j’ai repris du poids. 8 livres environ. Ce que je recherche avant tout, c’est de me sentir bien dans ma peau, pleine d’énergie, belle, forte, en forme, prête à tout accomplir. Je veux être la meilleure version de moi-même, je veux être plus que mes excuses, je veux me dire que malgré les détours sur ma route, je suis capable de réajuster ma trajectoire et continuer vers mes idéaux. 

Lors de la préparation du mariage, je n’arrêtais pas de dire à mon beau-frère que c’était bien correct que ce soit parfaitement imparfait. Je me dois de me le rappeler à moi-même. Toujours. La perfectionniste qui est était en moi avant semble vouloir se faire entendre à l’occasion. La pression de performance revient aussi dès que je lui ouvre la porte.

Et pour arriver à équilibrer tout ça, j’ai besoin de ma routine. Je me remets donc à écrire ce que je mange, le temps d’en refaire une habitude. Je mets à mon horaire mes séances d’entraînement comme si j’avais un rendez-vous important chez le médecin. Je me garde aussi du temps pour moi, pour me ressourcer. J’avais arrêté de le faire depuis un mois et le vide intérieur ressenti me prouve que j’en ai besoin pour cheminer. Lecture, écriture, méditation, yoga, vidéos de formation, toutes ces activités nourrissent mon âme et m’aident à garder le cap.

Déjà là, en écrivant tout ça, je respire mieux. Je ne suis pas l’image parfaite de la réussite que l’on m’accorde. Je n’ai pas envie de porter cette étiquette beaucoup trop lourde à supporter et qui tire vers le perfectionnisme et active le sentiment de l’imposteur. Bien sûr que ma perte de poids est impressionnante. Mais je me dois d’être transparente et vous montrer qu’elle ne s’est pas faite facilement sans questionnements, sans détours, dans la facilité et la tranquillité. C’est un processus, un mode de vie. Et je sens que je vais devoir jongler avec cela toute ma vie. C’est mon parcours de vie, mon défi à surmonter. Y’en a qui doivent gérer avec leurs dépendances à l’alcool, la cigarette, la drogue, le jeu compulsif. Pour moi, c’est la nourriture et la gestion des émotions qui mènent vers la compulsion alimentaire. J’accepte le tout, je connais mes patterns et j’ai désormais les outils pour y faire face: la certitude que je peux réussir, mes saines habitudes, ma force en planification et en organisation, ma détermination et ma persévérance… Et sûrement d’autres que j’oublie à l’instant.

Un repas à la fois, un jour à la fois. Parfaitement imparfaite.

2 Comments

  1. Karine Bertrand

    J’adore lire cet article. Très près de la réalité et oh! my! que je me suis reconnue! Merci de ton partage.

    1. Je me dis toujours que je me dois pas être toute seule à vivre les choses, aussi bien partager ce que j’en retire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enter Captcha Here : *

Reload Image